Un domaine jeune (moins de vingt ans), né, non d’une tradition familiale ancestrale, mais de la volonté d’un homme passionné, autant soucieux de respecter et de protéger la faune et la flore que d’élaborer des crus hors-normes et passionnants !

Situation, historique

En 2002, Massimo Pasquetti acquiert quelques hectares de terrain au Belvedere di Suvereto, en face de l’Île d’Elbe, dans la Province du Libourne. Son rêve : créer un domaine où la vigne serait cultivée en harmonie avec les rythmes naturels, la flore et la faune locale. Sa rencontre avec le vigneron Andrea Bargiacchi, fervent partisan d’une agriculture en biodynamie, sera décisive. Les premiers vignobles de Sangiovese sont plantés en 2003, suivis par les Cabernets l’année suivante. I Mandorli (« Les Amandiers ») est né.

Aujourd’hui, Paola, l’épouse de Massimo, et leurs deux enfants travaillent avec lui, guidés par ce même idée du vin : « cultiver de la vigne n’est pas une simple action mécanique, mais un acte de conscience – qui implique un paysage, un écosystème, un climat, la santé d’une terre et d’êtres humains – dans le but de créer un vin qui, au final, englobera tous ces éléments. » 

Terroir et climat

Le domaine des Mandorli est constitué de deux vignobles aux terroirs extrêmement différents, situés sur deux versants opposés d’une colline à 300 mètres d’altitude.

La Vigna al Mare, face à la mer, profite des vents venus du large et d’une luminosité extraordinaire ; Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc s’y épanouissent.

Le Sangiovese et le Vermentino en revanche, occupent les Vigne alle Sughere oû ils jouissent d’une lumière plus douce et de vents moins violents, sur un terroir réputé pour sa complexité géologique : schistes et marnes y côtoient un sous-sol riche en fer et en manganèse.

Travail à la vigne

Le vignoble des Mandorli compte aujourd’hui cinq hectares où sont plantés cinq cépages : Sangiovese, Cabernets Sauvignon et Franc, ainsi qu’un peu de Vermentino et d’Aleatico.

Les vignes sont conduites en Guyot et cultivées selon les principes de la biodynamie, bien que non-certifiée : engrais verts et micro-organismes fertilisent les sols, au rythme des phases lunaires et végétatives.

En 2018, 8000 mètres carrés de Vermentino, ont été plantés, avec pour objectif d’expérimenter certains principes de l'homéodynamie : cuivre et soufre sont ainsi bannis, au profit exclusif de préparations homéopathiques. Au final, il s’agit de tenter de comprendre le type de réponse immunitaire de la plante au fil du temps.

La cave

Après des vendanges strictement manuelles, les fermentations ont lieu en  levures indigènes. Toutes les parcelles sont vinifiées séparément, avec un remontage ou des pigeages manuels. Aucun intrant n’est utilisé, à l’exception du soufre, pour stabiliser les vins.

Toutes les actions en cave ont pour objectif d'exprimer pleinement et fidèlement les terroirs du domaine.